Jeunesse·Roman·romance·Young Adult

FAIS UN VOEU, 01 ~ Alexandra Bullen

Ma note

3 / 5

Résumé

Impuissante face à la terrible disparition de sa jumelle Violette, Olivia suit ses parents à San Francisco pour prendre un nouveau départ. A l’occasion de la première soirée avec ses nouveaux amis, elle fait retoucher l’une des robes préférées de sa sœur chez une mystérieuse couturière. Mais la jeune fille aux doigts de fée lui rend trois nouveaux modèles… Trois robes dont chacune a le pouvoir d’exaucer un vœu. Magique !

Premier souhait : revoir sa sœur qui lui manque tellement. Pourtant les retrouvailles si attendues ne se passent pas tout à fait comme prévu. Sa jumelle adorée lui cacherait-elle des choses ? Soren, le garçon qu’elle aime tant, la voit-il telle qu’elle est vraiment ? Et surtout, ne se tromperait-elle pas de rêves ?

Si vous pouviez tout avoir, que demanderiez-vous ?

Mon avis

Je me souviens avoir acheté ce livre il y a plus de dix ans alors qu’il était disponible à 1€ sur un site de vente privée… les autres livres que j’avais alors commandé étaient assez mauvais et je pense que c’est la raison pour laquelle j’ai mis tant de temps à lire celui-là. Mais voilà, je me suis enfin lancée !

Après la lecture de ce roman ma première pensée fut : « Mais… le résumé a menti ! » Parce que oui, le résumé ne dit pas la vérité. Olivia ne reçoit pas trois robes magique en une seule fois comme c’est largement sous-entendu. Elle en reçoit une et il faut attendre longtemps avant qu’elle ne reçoive la deuxième. C’est le soucis de ce livre. Il est long.

L’histoire en elle-même est sympathique. Olivia qui réapprend à vivre avec Violette, sa sœur jumelle revenue auprès d’elle sous la forme d’un fantôme après un vœu, c’est agréable à lire… mais l’action peine à se mettre en place. J’avais vraiment l’impression de suivre Olivia jour après jour et sincèrement la vie de lycéenne c’est barbant.

Je ne me suis toujours pas remise de la manière dont sont traités Miles et Bowie. Ce sont les voisins d’Olivia, l’une de leur mère travaille dans le même bureau que la mère d’Olivia ce qui les pousse à se rencontrer dès… le premier chapitre. Plus que ça même, Miles va littéralement accueillir Olivia en ville, lui présenter le lycée, lui faire découvrir les soirées etc… Malheureusement cliché oblige, il tombe amoureux de la demoiselle qui l’ignore complètement !

D’ailleurs autant je crois à l’amour sans vraiment connaître la personne, ça s’appelle l’attirance. Autant continuer à aimer quelqu’un qui vous ignore, vous oublie et fuit quand vous lui parlez j’ai plus de mal. À tel point que j’en arrivais à oublier Miles moi aussi. À un moment il apparaît pour un exposé en cours et « Ah ! C’est vrai qu’il existe lui ! ». Pourquoi diable introduire deux personnages pourtant intéressants de prime abord pour au final les abandonner dans un coin ? Au début du roman je m’attendais vraiment à, si ce n’est une belle histoire entre eux deux, au moins un triangle amoureux. Mais non.

Olivia détourne le regard de Miles pour un garçon -prévisible. Le beau Soren, lycéen musicien qui sort avec la fille populaire du lycée… Je ne vous raconte pas grand chose, vraiment, tout ça arrive dans les premiers chapitres, le début est très rapide. Puis ça traîne en longueur. J’attendais avec impatience la seconde robe magique, les vœux, les bêtises provoquées par des vœux prononcés par une adolescente triste et solitaire, BREF ! J’ai attendu. Longtemps. Beaucoup trop longtemps. Du coup je suis sortie de l’histoire.

Attirée par Soren, forcément, plusieurs situations ambiguës vont peu à peu se mettre en place. Au début j’ai apprécié ma lecture, m’attendant à des situations cocasses… mais l’héroïne est une adolescente pas très à l’aise du coup elle n’ose pas grand chose et subit plus qu’elle ne vit. J’ai eu envie de la secouer plus d’une fois.

En fait j’ai passé l’âge de lire ce genre de livre je pense. C’est dommage. J’aurai dû le lire il y a dix ans ! Je pense que je ne m’attendais pas à ce que j’ai lu, j’avais de trop grandes attentes et j’ai été déçue. Le livre n’est pas mauvais, il est même plutôt bon mais j’en demandais trop. Il aurait fallu que je le lise quand j’étais bien plus jeune. C’est une lecture légère malgré le thème de la mort abordé avec les jumelles. Une bonne lecture jeunesse.

Roman·Young Adult

LA FACE CACHEE DE MARGO ~ John Green

Ma note

3 / 5

Résumé

Personne ne s’intéresse vraiment aux choses importantes

Mar-go-Roth-Spie-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s’en approche, plus Margo semble lui échapper…

Mon avis

Je n’avais encore lu aucun livre de John Green, pourtant incontournable pour ma génération, c’est désormais chose faite ! J’ai adoré la première partie du livre qui n’est autre que la virée nocturne dont parle le résumé mais la suite m’a paru un peu longue.

Quentin est fou amoureux de Margo depuis… depuis toujours en fait. Mais s’ils se parlaient beaucoup étant enfants, la vie les a séparé au lycée. Margo est populaire et entourée alors que Quentin n’a que deux réel amis, membres du club de musique… et cette différence fait qu’ils ne se fréquentent plus autant qu’avant, quand bien même ils sont voisins de palier, leur relation a pris un coup.

Mais un soir, après une révélation choc au lycée, Margo décide de se venger et entraîne plus ou moins de force Quentin avec elle. Notre brave canard lui obéit et passe la meilleure soirée de sa vie… et nous aussi ! Sincèrement je suis admirative de l’imagination de Margo. J’ai pris beaucoup de plaisir à les suivre dans cette folle nuit vengeresse !

Après cette nuit blanche Quentin se voit déjà le lendemain, aux côtés de la belle Margo au lycée. Leur escapade les ayant rapproché, presque comme à l’époque. Seulement voilà, Margo ne vient pas au lycée le lendemain… ni même les jours suivants.

S’en suit alors un immense jeu de piste pour retrouver la belle Margo qui a laissé des indices sur son départ, à l’intention de Quentin… et c’est là que ça casse pour moi. J’ai trouvé certains passages longs, d’autres particulièrement drôles, puis de nouveau longs. Au final je me demande même si ce jeu de piste était vraiment fait pour qu’elle soit retrouvée. J’ai eu l’impression que la moitié du livre menait à une fausse piste, que Quentin et ses potes tournaient en rond et que soudain ! Par l’intervention du Saint Esprit, il a eu une révélation et découvert où Margo se trouvait.

Parce que oui, Quentin entraîne ses potes dans son périple. Potes vraiment sympathiques d’ailleurs puisqu’ils vont jusqu’à faire des centaines de kilomètres pour vérifier des adresses où Margo pourraient potentiellement se trouver… sauf qu’on est aux États-Unis et qu’ils ne font pas juste un Toulon-Marseille. Ben et Marcus (aka Radar) ont eux aussi leurs vie à mener, avec leur club de musique, leurs copines et le bal de fin d’année entre autres. C’est d’ailleurs ce fameux bal qui fait office de date limite pour Quentin qui rêve d’y aller aux bras de Margo. Il faut la retrouver avant le bal !

La fin du roman et le voyage que font Quentin et ses amis a fait remonter mon intérêt en flèche. J’ai adoré ce passage que j’ai trouvé bien écrit, touchant et immersif. Je me sentais présente, dans la voiture avec eux. Plus particulièrement avec Ben qui semble avoir le même problème que moi en voiture, je compatis mon gars !

La fin en revanche m’a laissé un arrière goût de « tout ça pour ça ? ». Mais attention, c’est une bonne fin, j’entends par là que l’aventure se conclut et qu’il n’y a pas de fin vague ou quoi que ce soit du même genre. Je n’ai juste pas été touchée par cette conclusion, bien que très belle, elle n’a pas su me transporter… après le voyage en voiture, le final n’avait pas assez de panache !

Un roman en dents de scie malheureusement. Un début fabuleux qui enchaîne avec de passages un peu longs, un superbe voyage entre potes qui fait rêver et un final une conclusion douce-amère qui n’a pas su me charmer. Il y avait du potentiel malgré tout, c’est dommage.

Manga·Shôjo

LE JEU DE LA MORT, 01 ~ Sora

Ma note

Coup de Coeur ~ ❤

Résumé

« Avant de mourir, tu ne voudrais pas vivre une histoire d’amour avec moi ? » 

Alors qu’elle était sur le point de se suicider à cause d’un chagrin d’amour, Mikoto, une lycéenne, en a été empêchée par son professeur de physique-chimie, Jin Haiba (surnommé Haijin, l’infirme). Le prof lui a déclaré sa flamme ?! L’histoire d’un amour dangereux né d’une situation périlleuse !

Mon Avis

Mon coup de cœur de début d’année. Je suis tombée dessus par hasard dans la librairie. Une jeune suicidaire et une histoire d’amour avec une grande différence d’âge ? Wow ! Mais il a été écrit pour moi celui là, j’ai sauté dessus immédiatement !

Déjà, importance capitale dans un manga, les dessins sont doux, détaillés juste comme il faut, parfait pour un shôjo. On alterne entre scène romantiques, scènes quotidiennes parfois sérieuses et parties comiques voire loufoques. Le style de Sora s’en accommode parfaitement. J’ai souris devant certaines cases qui se voulaient grossières et me suis vu rêver devant des illustrations pleine page de nos deux protagonistes.

Les personnages principaux sont tellement attachants qu’il n’y en a pas un que je n’apprécie pas.

Je suis totalement tombée sous le charme de Jin et ça fait du bien pour une fois de ne pas craquer pour un gars dangereux (Silco, Tomura, je pense à vous~). Si vous êtes proches de la trentaine, attendez vous à recevoir pas mal de claques. Ça fait mal de comprendre les références de Jin quand la brave Mikoto est perdue. Pourtant les années 80-90 ce n’est pas si loin que ça… si ? Ah il ne fait pas bon vieillir, c’est sûr !

Mikoto est adorable. La raison de sa tentative de suicide étant une déception amoureuse, j’ai au départ eu peur de ne pas la comprendre et de ne pas m’accrocher à elle. Mais cette demoiselle est tellement abordable qu’il est impossible de ne pas l’aimer. Réservée et aux idées noires, elle n’a pas beaucoup d’amis et n’attire pas naturellement les gens. Je me suis beaucoup identifiée à elle. Au lycée les profs me passaient devant quand j’errais dans les couloirs, j’aurais aimé tomber sur un Jin à ce moment là…

De prime abord, Jin semble avoir proposé à Mikoto une relation saugrenue principalement pour l’empêcher de se donner la mort. Mais au fil des pages le doute s’installe. Bien que ses actions changent clairement les idées de Mikoto, le doute persiste. Il s’agit d’un shôjo donc j’imagine que les sentiments de Jin sont bien réel et j’ai vraiment hâte de voir Mikoto finir le lycée du coup !

Au début je me disais que des thèmes comme le suicide et l’amour interdit siéraient mieux à un josei, plus adulte. Mais au final, merci Sora d’en avoir fait un shôjo. Ça permet de prendre de la distance, d’ajouter des situations comiques, de ne pas déprimer en lisant, tout simplement.

Autant dire que c’est un immense coup de cœur pour ce début d’année, je ne m’y attendais pas. J’ai directement acheté la suite et attend le tome 7 en avril avec impatience. Les personnages sont attachants, l’histoire sort de l’ordinaire, les dessins sont tout doux : Le jeu de la Mort est une pépite !

Roman·Young Adult

FANDOM ~ Anna Day

Fandom

Ma note

0,5 / 5

Résumé

Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée… Katniss par exemple ! Le rêve, non ?

Du moins, jusqu’à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l’arc ou de grimper aux arbres, et que vous n’avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel.

Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favoris…

Mon avis

Ce livre commence comme une mauvaise blague : « C’est une brune, une blonde et une rousse etc… »

Je remercie les éditions Pocket Jeunesse et Babelio pour la Masse Critique qui m’ont permis de lire ce livre. Le résumé avait tout pour me plaire. Une idée originale, une promesse d’héroïne « comme moi », Hunger Games prit en exemple… même sans aimer Katniss je me sentais tentée. Je me demande comment j’ai pu être aussi naïve, en ayant lu tant de livres, je devrai savoir repérer les fausses promesses.

Premier soucis, « La danse des pendus », roman dans lequel nos jeunes héros sont envoyés… est mauvais. L’histoire d’amour ne tient pas la route, la société ne tient pas la route, les personnages ne tiennent pas la route. A tel point que j’ai commencé ma lecture en pensant que je faisais face à une satire de roman pour jeunes adultes.

Dans un futur lointain, les humains tels que nous ne sont plus que des esclaves, imparfaits face aux individus génétiquement améliorés qui gouvernent le monde. Les IMPAs servent les INGAs. Une rebelle IMPA (Rose) drague et feint de tomber amoureuse d’un important INGA (Willow) pour lui soutirer des informations, elle en tombe alors réellement amoureuse à tel point qu’elle se fait pendre pour lui, le garçon dit deux trois mots au peuple INGA à propos de son amour pour cette IMPA et POUF, tout les INGAs veulent libérer les IMPAs parce que c’est pas cool l’esclavage… et le viol et la pauvreté et le meurtre etc… No spoil, c’est raconté par Violet dans le premier chapitre. Imaginez une rebelle juive tomber amoureuse du fils d’Hitler et se sacrifier avant que le fils d’Hitler ne clame son amour pour elle et crée une révolution… N’importe quoi. Juste n’importe quoi.

Peut-être que l’auteur a voulu montrer que la perfection est attiré par l’imperfection, qu’être parfait n’est pas une bénédiction, qu’au contraire, c’est ennuyant… mais là encore, c’est très mal avancé.

Deuxième soucis, la crédibilité de l’univers qui entoure « La Danse des pendus ». Ce roman est censé être un succès tel qu’il a été adapté en film ET comble de tout, il est représenté au Comic-Con de Londres à côté de, accrochez-vous, Star Wars et Game of Thrones… Je trouve ça un brin prétentieux pour une histoire aussi bancale et mal travaillée mais bon passons. Même au Comic-Con, là où le roman/film est censé avoir du succès… il n’en a pas ! C’est quand même incroyable. Les quatre héros vont rencontrer les acteurs de Willow et Rose lors d’une convention et il n’y a que 3 ou 4 filles devant eux dans la file d’attente… à croire que le livre lui même ne se prend pas au sérieux. Je veux bien que ce ne soit « que » Londres et non les USA mais il y a toujours plus de 4 personnes à ce genre de convention !

Troisième soucis, les personnages, sont clichés et vides à tel point que je ne me suis accrochée à personne, ce qui est carrément inédit pour moi. Violet, l’héroïne brune qui panique tout le temps et ne sait rien faire toute seule, Alice, la blonde qui est la vilaine de l’histoire (du point de vue de Violet) parce qu’elle est belle et bonne (si si c’est pas une blague), Katie, la rousse qui se fait enfermer dans un château et ne revient qu’à la fin du livre et Nate, le petit frère qui prend la situation au second degré et fait des blagues sur les romans YA… Une belle brochette que nous offre l’auteur. Pour ce qui est des personnages de « La Danse des pendus » je ne parlerais que de Rose, la rebelle IMPA qui lâche son peuple opprimé, tué, violé et j’en passe pour l’amour de Willow, le blond INGA parfait et séduisant qui n’est en réalité qu’un mollusque sans âme dont le seul intérêt est d’être le fils d’un haut placé INGA et d’Ash, le brun IMPA qui est fou amoureux de Rose parce que… bah il fallait bien un brun et un blond autour de l’héroïne.

Les histoires d’amours sont inintéressantes, insipides et ne m’ont pas du tout bouleversées. Violet ne sait plus où donner de la tête. Entre l’acteur de Willow, le Willow du roman original et le Willow qu’elle rencontre, elle a les ovaires qui explosent, ajoutez alors Ash qui est tout gentil et tout mignon et là… il y a un garçon dans chaque coin, ce n’est plus un triangle amoureux pour Violet mais une étoile. Sans parler de sa meilleure amie Alice qui est dingue de Willow aussi, puis étant blonde et bonn- belle, elle est forcément plus attirante que Violet. Le tout donne un beau boxon.

D’ailleurs, la relation entre Violet et Alice est super malsaine. Elles sont meilleures amies depuis l’enfance mais Violet ne trouve RIEN de positif à dire sur Alice. Alice est trop belle, trop gentille, elle attire les garçons, elle ose parler, elle écrit bien etc… un super cliché de Barbie intelligente qui fait que Violet est constamment en train se rabaisser. Elle souffre d’un gros complexe d’infériorité mais reste amie avec Alice parce que ça lui permet d’excuser sa médiocrité. Je trouve ça triste et risible. J’en avais de la peine pour Alice.

Un détail, Alice écrit des fanfictions. J’en ai écrit pendant bien 10 ans, de mes 12 ans jusqu’à avoir la vingtaine et commencer à créer mes univers et mes personnages… Qui peut se vanter d’écrire des fanfictions tellement bonnes qu’elles sont meilleures que le livre original ? Encore une fois, j’ai eu l’impression que le roman se flagellait lui même. Une fille de 16 ans écrit -presque- mieux et a de meilleures idées que l’auteur à succès de « La Danse des pendus » et je ne l’invente pas, c’est ce qui est implicitement souligné dans le livre. « Fandom » porte bien son nom, c’est une fanfiction.

L’explication finale du pourquoi ils se sont retrouvé dans le livre n’a AUCUN SENS. L’auteur nous offre une solution toute faite qu’elle n’explique pas. Sous couverts de termes scientifique mal employés, elle espère nous faire avaler une situation incroyable comme si tout était parfaitement normal. J’aurai aimé qu’elle fasse un choix, de la science même inventée mais assumée jusqu’au bout, ou du surnaturel pur et dur. Là on a un mélange sans queue ni tête.

Dernier point, ce livre a été publié, lu, relu et re relu… je ne tolère pas les fautes dans un livre publié. Là, j’en ai trouvé 5 ou 6. Le dernier en date étant un « ils s’en en vont » ou un problème de ce genre. Ma lecture n’était déjà pas un plaisir, mais ça n’a rien arrangé.

Pour conclure, ce fut une belle déception. L’idée du roman dans le roman est bonne mais il fallait choisir entre explication scientifique (inventée mais crédible) ou du surnaturel pur et dur. Les personnages sont inintéressants, l’univers est mal travaillé et dans l’ensemble je n’ai pas réussi à prendre ce livre au sérieux. J’ai lu une fanfiction avec plus de défauts que de qualités.